La Thérapie EMDR soigne aussi les traumatismes des plus jeunes (EMDR - Enfant - Ado - Adulte - Paris)

L’efficacité de la thérapie Emdr avec les enfants et leur famille

Durant notre vie, nous traversons tous des difficultés, la plupart d’entre elles s’archivent naturellement et restent au passé, tandis que d’autres continuent de parasiter le présent.

Ces « problématiques ou souvenirs traumatiques » seront archivés uniquement si le travail du rêve, pendant le sommeil, aura naturellement et correctement fait son œuvre, ou en d’autres termes s’ils auront été suffisamment digérés émotionnellement.

La technique de l’EMDR correspond à une sorte « d’accélération de la digestion des émotions » - en conscience. Il ne s’agit pas là d’hypnose, aucune suggestion n’est faite à l’enfant. Il reste tout à fait conscient et éveillé en séances d’EMDR.

"L’EMDR n’amènera jamais quelqu’un à croire ce qui n’est pas vrai. Le processus naturel de guérison consiste pour une part à prendre le niveau approprié de responsabilité pour ce qui s’est passé et à l’élaborer." 

Francine Shapiro, Des yeux pour guérir.

Durant le traitement thérapeutique, l’enfant accède et revisite toutes les pages de son passé en accéléré pour mieux les vivre et les archiver.

C’est l’enfant, et lui seul, qui accède à ses pensées traumatiques et les réorganise mentalement : de sorte que celles du passé (traumatique ou pénible) ne se confondent plus avec son présent.

« Même si le thérapeute EMDR adresse une affirmation au patient en même temps qu’il lui fait faire des mouvements oculaires, il ne s’agit pas d’hypnose. Pendant une hypnose, l’EEG montre un accroissement des ondes alpha, bêta et thêta, ce qu’on a rapporté à un accroissement de la suggestibilité (…) Les enregistrements EEG, au cours d’une séance de thérapie EMDR, ne montrent pas ces caractéristiques d’ondes cérébrales. Les ondes cérébrales des clients, en EMDR, se trouvent à l’intérieur des paramètres normaux de l’état de veille. En EMDR, la personne reste totalement consciente, et elle-même effectivement moins suggestive qu’en temps ordinaire aux informations qui ne sont pas exactes ».

Francine Shapiro, Des yeux pour guérir.

Bien que le travail en EMDR avec les enfants soit souvent bien plus rapide que celui entrepris avec les adultes du fait de leur souplesse cérébrale, une thérapie EMDR ne se réalise pas en seulement une ou deux séances.

Elle est fonction des besoins de chaque famille, enfant ou adolescent et s’avérera d’autant plus longue et intense si les traumatismes sont complexes, polymorphes et/ou précoces.

Notons dans tous les cas, qu’une thérapie EMDR prendra moins de temps qu’une psychothérapie classique.

C’est d’ailleurs la seule thérapie reconnue (avec les TCC) comme étant véritablement efficace aux yeux des ARS (Agence Régionale de la Santé). C’est pourquoi la thérapie EMDR est remboursée dans tous les pays d’Europe mais malheureusement pas encore en France.

Ce qui vaut, pour sûr, une telle efficacité à l’EMDR, repose sur les fondamentaux professionnels suivants :

  • la qualité de l’alliance thérapeutique parents-enfant / thérapeute, passant par une écoute, une pédagogie approfondie au sujet de la méthodologie EMDR ainsi qu’une co-construction des outils proposés,
  • le travail de préparation clinique, soulignant les ressources personnelles et permettant la stabilisation émotionnelle tant des parents que de l’enfant ou de l’adolescent,
  • et enfin, le plan de ciblage précis des problématiques, leur retraitement spécifique et adapté à chaque membre de la famille.

L’une des difficultés supplémentaire que nous pouvons rencontrer en tant que praticiens auprès des familles se situe dans le grand travail clinique préparatoire à mettre en œuvre et la nécessité d’être bien connectés à tous les membres familiaux …

Les protocoles standards d’EMDR, habituellement utilisés en direction des adultes, sont revisités et adaptés aux besoins des enfants et de leur famille.

Il s’agit d’un véritable challenge clinique et thérapeutique : tout reposera sur la belle synergie trouvée et développée entre les parents et le thérapeute, puis, dans un second temps auprès de l’enfant/l’ado.

Le travail familial mettra ainsi « à l’épreuve » les compétences créatives (parfois même artistiques ;-)), ainsi que la souplesse thérapeutique du thérapeute EMDR.

 

Comment accompagner l’enfant et sa famille en Emdr ?

Le travail thérapeutique EMDR auprès des plus jeunes est infini et modulable en fonction des types de traumas, de l’environnement, de l’âge de l’enfant mais aussi du moment où les difficultés sont apparues pour lui et sa famille.

L’EMDR correspond à une approche intégrative qui a pour intérêt de remettre du lien entre la raison, les émotions et le corps, et ainsi de recentrer l’enfant.

L’EMDR familial, travaille, en plus de la remise en connexion corps/ émotion/esprit de chacun, à la relance d’un lien qualitatif et serein entre les parents et l’enfant.

Lorsque nous travaillons avec des enfants et des ados, la famille constitue une ressource essentielle malgré les problèmes pourtant évoqués, comme les traumas, difficultés de communication, sentiment de culpabilité, troubles de l’attachement précoce...

Or, dans un premier temps, travailler de concert avec les parents offre toujours un résultat des plus efficace et rapide.

L’enfant se voit bien rassuré par cette nouvelle attention qui lui est portée dans ce cadre si particulier, et les parents développent un regard plus empathique et/ou différent sur leur enfant ainsi que sur la place qu’ils occupent auprès de lui.

 

Lorsque le trauma survient pendant la grossesse et/ou avant les 3 ans de l’enfant

 

L’EMDR est indiqué pour apaiser…

  • Des événements de vie traumatisants pour les parents et l’enfant
  • Les problèmes médicaux et/ou psychologiques précoces durant la grossesse, pendant l’accouchement et dans la suite des premiers jours de vie de l’enfant,
  • Les troubles de l’attachement précoce parent/enfant
  • Certaines situations particulières parfois difficiles à évoquer telles qu’un parcours de PMA, d’adoption, traumatismes durant la conception, parent solo..
  • Certains symptômes persistants chez l’enfant au niveau du sommeil, alimentaire et sphinctérien tels que l’encopresie primaire, la dépendance affective, les tics et tocs..
  • Les angoisses d’origine transgenerationnelle..

 

Comment ?

 

Lorsque le trauma survient pendant la grossesse et/ou avant les 3 ans de l’enfant, son cortex cérébral (cognition / raison /jugement) est en pleine formation et développement.

Le foetus ou le très jeune enfant n’ont alors inscrit et conservé que des bribes mnésiques dans leurs corps et cœur. Il s’agit de la mémoire archaïque sensorielle et émotionnelle.

Autant d’événements douloureux marquent et teintent l’enfant ainsi que l’histoire de la dynamique familiale.

Ainsi, sans l’aide « cognitive, émotionnelle et sensorielle » de ses parents, l’enfant ne pourra donner véritablement et entièrement sens à son vécu, il ne parviendra ni à l’archiver sereinement, ni à le mettre au passé.

Telle une raquette de tennis en construction, le cordage interne du cerveau de l’enfant demeure encore parcellaire, insuffisant pour retracer les événements, et les replacer dans un contexte plus favorable.

Seuls les parents sont alors en mesure de faire remaillage et de compléter ce qui vient à manquer à leur enfant.

En co-construisant une histoire narrative avec l’aide du thérapeute, il s’agira notamment de se mettre à la place de l’enfant et de travailler sur la base d’un récit en trois parties, formalisées comme suit :

  • En premier lieu, les moments heureux, les forces familiales et ressources personnelles de l’enfant sont décrites. Cette introduction correspond au lieu sûr et ressources internes en EMDR de l’adulte, cf articles.

…« Pendant qu’elle était enceinte, maman Koala a trouvé le travail qu’elle avait espéré et elle a commencé à faire des cours à la fac. Pendant qu’elle travaillait, elle pensait à son bébé qui bougeait beaucoup dans son ventre. Elle savait déjà que ce serait une petite fille Koala et ça lui donnait beaucoup de force d’avoir ce bébé avec elle. Puis, maman Koala et papa Koala sont partis à la maternité et ils ont attendu toute la nuit que bébé Koala arrive. C’était un moment à part à la maternité. Il y avait peu de monde. Maman Koala et papa Koala ne pouvaient pas être plus heureux que là, dans cette maternité, en dehors du reste du monde, en train d’attendre leur bébé. Plus rien d’autre n’avait d’importance. Et Bébé Koala est née le matin. Quand ils l’ont vue, maman Koala et papa Koala se sont dit qu’il ne pouvait pas y avoir de bébé plus beau et mignon au monde. Ils n’en revenaient pas de se dire que ce bébé était leur bébé »…

 

  • Puis, les éléments traumatiques de l’histoire sont écrits de façon romancée par les parents sur la base du conte en y associant des petits clins d’œil familiers, afin de mettre en évidence toutes les questions douloureuses que l’enfant a pu se poser ainsi que ses modes opératoires internes négatifs (je suis invisible, ce n’est pas ma place, le monde est dangereux, je ne peux montrer les vulnérabilités, je ne peux pas faire confiance aux adultes…). Cette partie de l’histoire met du relief à la situation dans son ensemble et s’intéresse au retraitement des cibles problématiques, réalisé à l’aide d’un tissage cognitif, sensoriel et émotionnel. Cette seconde partie de l’histoire narrative correspond au plan de ciblage, cognitions négatives et retraitement en EMDR Adulte, cf. Article.

…« Le médecin leur a dit qu’il avait pris une photo de son cou et on voyait qu’il y avait quelque chose d’épais, et que ça devait lui donner l’impression de ressentir « comme un chat dans la gorge ! » Un chat dans la gorge ? Alors c’était donc ça? Un matou confortablement installé dans sa gorge ? Voici la raison pour laquelle il avait si chaud et qu’il se sentait si gêné : un chat dans la gorge c’est bien embêtant, d’autant que ce n’est pas du tout sa place ! Il avait donc bien senti quelque chose ! Il avait eu raison de le dire à sa maman ! Maintenant, que le mal avait été démasqué, il fallait faire vite ! Alors le docteur a décidé d’envoyer une brigade spéciale pour faire peur au chat. Ce fut une équipe de Docteurs et d’infirmiers en blanc qui vinrent à sa rescousse pour tenter de le faire partir le chat au plus vite. Comme tout le monde le sait, les chats détestent les bruits soudains… Tous ces bruits déclenchent du stress, et les font fuir ! Alors, le médecin, malin, a mis le petit garçon dans une ambulance. En activant là sirène du camion et la partie fut déjà presque gagnée ! » …

  • Enfin la dernière partie de l’histoire narrative porte son attention sur la compréhension empathique, offre des réponses aux questions posées, de sorte que les conflits internes puissent être dépassés, mis au passé, archivés. Une solution est trouvée, la problématique se voit résolue tant au niveau du vécu de l’enfant que dans son lien à ses parents. Il s’agit là de la réévaluation des cibles après retraitement en EMDR adulte, cf. Article.

… « Petit Lion est devenu de plus en plus grand et fort ! Il ne voit plus son papa, le grand Lion, mais il y a plein d’autres gens à découvrir et à aimer. Il y a des messieurs lions partout qui aiment les enfants et sont prêts à  jouer, à se balader dans les grottes préhistoriques, à discuter et à apprendre à chasser. Et si son papa restera toujours son papa, peut-être que petit lion pourra se choisir plusieurs autres papa de cœur. Le grand lion, lui, il aime son lionceau mais il a décidé pour l’instant de vivre seul dans la savane. Notre héros le lionceau gardera toujours dans son cœur et sa mémoire ce que lui a transmis son papa: des chansons, des mots et de la joie. De toute façon le plus important c’est que sa maman elle, sera toujours là. Elle pourra toujours raconter dès qu’il le voudra, ses premières années avec son papa. Maman Lionne et son fils vivront ensemble toute leur vie jusqu’à ce que le lionceau décide de partir, quand il sera adulte »…

Ce travail parental intense et très protocolisé durant ces séances, en plus d’une confiance parentale restaurée en fin de traitement, apaise les symptômes de l’enfant et offre le plus souvent un nouveau souffle à la relation familiale.

 

 

Lorsque le trauma survient entre 4 et 10 ans chez l’enfant

 

L’Emdr est recommandé pour apaiser tout type de trauma et difficultés tels que :

 

  • Les troubles anxieux
  • Les phobies, tics et tocs..
  • L’hypersensibilité (sensorielle et émotionnelle)
  • Les troubles alimentaires (TCA)
  • Les troubles sphinctérien (énurésie / encoprésie)
  • Les troubles du sommeil et la peur de la mort, du noir, des monstres…,
  • Certains symptômes neurodeveloppementaux (Tda-h, TSA)
  • Les deuils difficiles
  • Les troubles de l’attachement dans relation familiale (parent / fratries..)
  • Les traumas scolaires
  • Les difficultés sociales et amicales
  • Les séquelles de violences psychologiques et du harcèlement
  • Les violences physiques et sexuelles
  • Les symptômes somatiques polymorphes
  • Trouble du comportement ou conduites sociales inadaptées
  • Les conduites addictives ..

 

Comment ?

 

Etat des lieux avec les parents

Lorsque le trauma survient entre 4 et 10 ans chez l’enfant, son cortex cérébral est déjà mieux construit et l’enfant peut se référer et s’appuyer sur sa propre perception intellectuelle.

Il est toutefois toujours essentiel de rencontrer les parents en amont (sans l’enfant) pour établir un premier état des lieux et définir la problématique sous jacente.

Ce premier entretien est également l’occasion d’évaluer le développement de l'enfant, du contexte familial et des sujets traumatiques de fond. Les parents peuvent également témoigner de leurs difficultés personnelles en relation avec des événements qui ont pu directement ou indirectement impacter leur enfant.

Il est alors d’usage de proposer des techniques d’apaisement et de régulation auprès des parents (EMD), de façon à désensibiliser ce qui se veut trop actif émotionnellement.

 

La mise en œuvre des séances avec l’enfant

L’enfant n’est pas toujours très à l’aise pour définir ses besoins, ses forces et fragilités. L’approche clinique par le jeu symbolique est une alternative thérapeutique qui donne l’occasion à l’enfant de mieux se définir personnellement dans son environnement.

Ainsi il pourra choisir une première pierre précieuse le représentant, ajouter les personnes qu’il considère précieuses dans sa vie, ainsi que ce qui lui donne de la force, ses pensées positives sur lui même ou au contraire ce qui l’empêche d’avancer (comme les cailloux dans ses chaussures), et les pensées négatives qu’il s’adresse.

Cette élaboration et construction du jardin secret constitue un véritable plan de ciblage donnant accès à ses ressources internes ainsi qu’à ses traumas, que nous pourrons par la suite retraiter.

Les séances se poursuivent avec la lecture de l’Expérience Merveilleuse De Réconciliation de Bouba. Ainsi les enfants comprennent mieux ce que l’EMDR va pouvoir leur apporter et ils peuvent alors exprimer leurs craintes éventuelles et enthousiasme pour régler leur difficulté.

Une fois la technique et l’objectif de l’EMDR bien établis auprès de l’enfant, les séances de retraitement des souvenirs pénibles ou traumatiques peut débuter. Progressivement, nous mettons au passé chaque caillou du jardin, à l’aide de stimulations bi-laterales (mouvements oculaires, tapotements sur les mains ou genoux, ou vibration dans les mains avec le Kit-EMDR) en fonction des besoins et affinités de l’enfant.

Les dernières séances sont consacrées à la réévaluation du jardin, afin de repérer l’évolution de l’enfant.

 

Lorsque le trauma survient entre 11 et 15 ans chez l’adolescent

 

L’EMDR est recommandé pour apaiser tout type de trauma et difficultés tels que :

  • Les troubles anxieux
  • Les phobies, tics et tocs..
  • L’hypersensibilité (sensorielle et émotionnelle)
  • Les troubles alimentaires (TCA)
  • Les troubles sphinctérien (énurésie / encoprésie)
  • Les troubles du sommeil et la peur de la mort, du noir, des monstres…,
  • Certains symptômes neurodeveloppementaux (Tda-h, TSA)
  • Les deuils difficiles
  • Les troubles de l’attachement dans relation familiale (parent / fratries..)
  • Les traumas scolaires
  • Les difficultés sociales, amicales, amoureuses..
  • Les séquelles de violences psychologiques et du harcèlement
  • Les violences physiques et sexuelles
  • Les symptômes somatiques polymorphes
  • Trouble du comportement ou conduites sociales inadaptées
  • Les conduites addictives ..

 

Comment ?

Lorsque le trauma survient entre 11 et 15 ans chez l’adolescent, son cortex cérébral a déjà traversé plusieurs étapes neuro-developpementales et étapes de vie. Il peut se référer et s’appuyer sur sa propre perception intellectuelle, émotionnelle et sensorielle.

 

État des lieux / entretien parental

 

Il est toutefois toujours essentiel de rencontrer les parents en amont (sans l’enfant) pour établir un premier état des lieux et définir la problématique sous-jacente de leur point de vue.

Ce premier entretien est également l’occasion d’évaluer le développement du jeune, du contexte familial et des sujets traumatiques de fond.

C’est également l’occasion pour les parents de témoigner de leurs difficultés personnelles en relation avec des événements qui ont pu directement ou indirectement impacter leur enfant.

Là encore, il est alors d’usage de proposer des techniques d’apaisement et de régulation auprès des parents (EMD), de façon à désensibiliser ce qui se veut trop actif émotionnellement.

Les adolescents peuvent être parfois très prolixes ou parfois très inhibés. Ils vivent une véritable révolution hormonale, physique et psychique à ce stade de leur vie. Plus tout à fait enfant, mais pas encore un adulte, la perception de soi demeure floue, instable et peut perturber le jeune.

Inspiré de la technique de la CNV, j’aime proposer le ruban de vie comme support thérapeutique et point de repère stable, à co-construire avec les parents (en entretien préalable) et avec l’adolescent en séance. Cet exercice permet de mettre en évidence les événements de vie forts tant positifs que négatifs, les forces déployées et acquises durant la vie, ainsi que les personnes précieuses de son entourage.

À travers ce ruban de vie, une première hiérarchisation et réorganisation mentale s’opère. On y voit tout de suite plus clair.

L’enchaînement des sujets, maintenant visuellement repérable, permet également d’établir des premiers liens associatifs, de l’accordage relationnel et du sens à son histoire.

 

 

Les séances d’EMDR avec l’adolescent

Les séances d’EMDR se poursuivent toujours par des séances de stabilisation émotionnelles, qui reposent sur :

  • la visualisation mentale d’un contenant,
  • d’un lieu sûr
  • et du développement de ressources internes (qualités, valeurs, souvenirs positifs..) pour aider le jeune à traverser certains stress ou problématiques du moment.

Cette phase de préparation est essentielle avant tout retraitement d’un souvenir traumatique.

Vient, par la suite, le temps « du retraitement des cailloux laissés dans la chaussure », ceux repérés à l’occasion du ruban de vie et qui l’empêche d’avancer sereinement dans son présent.

 

Cette phase de retraitement des souvenirs traumatiques se réalise sur le même modèle que pour les enfants, à l’aide de stimulations bi-laterales (mouvements oculaires, tapotements sur les mains ou genoux, ou vibration dans les mains avec le Kit-EMDR) en fonction des besoins et affinités du jeune.

Progressivement, chaque page relue se relie entre elles, puis tout le livre de sa vie prend sens, les souvenirs s’archivent et se distinguent. Il y a maintenant ceux qui appartiennent au passé et ceux du présent, ce qui finit par laisser place aux pensées positives, aux futurs projets.

*****

À partir de 16 ans et plus, il vous est possible de consulter cet article : Comment se déroulent les consultations dans une thérapie EMDR ?

 

 

Comment choisir un Thérapeute bien formé à l’Emdr enfant/ado?

 

L’EMDR s’est développée initialement auprès des adultes, puis a progressivement fait ses preuves auprès des plus jeunes.

Tandis que la formation initiale en EMDR permet de travailler avec les adultes, des formations plus spécifiques et approfondies sont actuellement proposées durant le cursus de formation EMDR initial et sont aujourd’hui requises pour pratiquer auprès des parents et des enfants.

Le travail thérapeutique en EMD-R est très puissant mais il n’est pas magique pour autant.

Il convient d’être particulièrement attentif et prudent concernant son utilisation : en France, il n'existe que quatre centres de formation habilités à dispenser cette formation.

De plus, elle est uniquement accessible aux psychologues, aux psychiatres, aux psychothérapeutes (dont le titre a été reconnu par une ARS).

N’hésitez pas à  demander au praticien avec quel organisme il s’est formé parmi les centres référents suivants :

  • IFEMDR (L’Institut Français d’EMDR)
  • EFEMDR (ÉCOLE FRANÇAISE DE PSYCHOTHÉRAPIE EMDR)
  • Diplôme Universitaire d’EMDR de l’Université de Lorraine Centre - Pierre Janet
  • EDEPHE (Ecole d’EMDR et de Psychothérapie Humaniste, Européenne)

 

Voici l’annuaire des thérapeutes EMDR enfant / ado en France :

https://www.emdr-france.org/lannuaire-des-therapeute

 

 

Témoignages des patients en EMDR


DuPontavice

 

" Ma fille est transformée depuis sa séance d’EMDR avec vous de mercredi dernier : c’est un bonheur de la voir sourire et rire ! Merci mille fois Celine !! "

*****

Merci Celine pour les rdvs EMDR avec ^•^ ces 2 dernières semaines, il était très content. Tout s’est beaucoup amélioré en journée, il arrive à monter les escaliers et à être tout seul sans problème à l’étage ! C’était juste pour vous dire : il était TROP content vendredi soir !!

*****

"Nous avons été convaincus par le travail réalisé en EMDR par Céline avec notre fille. Les résultats ont été rapides et pérennes et notre fille nous a dit que c'était un exercice simple et que ça l'avait vraiment aidée à surmonter son angoisse. Nous sommes très satisfaits"

*****

"Nous tenons à vous remercier grandement pour tout ce travail et pour cette rencontre entre vous et notre fils, et qui l'a aidé à grandir et à dépasser les difficultés. Nous savons maintenant que le temps et les expériences vont se charger de créer sa propre vie mais il nous semble que de bonnes bases ont été posées et vous y avez nettement contribué. Nous le sentons heureux et il gagne en autonomie chaque jour.
Les séances d' EMDR lui ont été bien favorables d'après ce qu'il nous a dit. Nous n'hésiterons pas à vous solliciter de nouveau s'il en a envie ou besoin.
Bonne continuation et encore merci pour tout"

 

Articles complémentaires en EMDR

 

Pour en savoir plus sur l'EMDR, suivez mes articles 

 

EMDR et Trauma : Thérapie brève, comment soigner le Stress Post Traumatique (SPT) avec les yeux ?

EMDR et Trauma : Et si l’EMDR rétablissait le dialogue à l’intérieur de nous ?

EMDR et Trauma : Mécanismes, Résilience et Expérience d’auto-guérison des patients

L’EMDR serait elle efficace pour soigner certains symptômes du TDAH ?

 

 

Voici deux vidéos qui expliquent l'application de la thérapie EMDR chez les enfants et les ados : 

La thérapie EMDR chez les enfants âgés de 8-12 ans

La thérapie EMDR chez les personnes âgées de 12-18 ans

 

Pour celles et ceux qui souhaitent en savoir d’avantage, voici les brochures officielles de l'IFEMDR proposées aux adultes et aux enfants

 

Celine Bidon-Lemesle

Psychologue Clinicienne 

Formée à L’Institut Français d’EMDR (IFEMDR), Paris.

Thérapie EMDR proposée aux Enfant/ Parent, Famille, Ado, Adulte et Couple. 

Cabinet situé au :
3, rue Lucien Sampaix 
75010 Paris 

www.accueilpsy.fr