Detresse drame et grossesse

2 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contrib.

Detresse drame et grossesse

bonjour 
je ne sais pas si vous verrez ce message.voila je pense avoir besoin d'expliquer mon ressenti à une psy en toute discrétion par peur de consulter peut-être. Jai 26 ans lorsque jetais plus jeune je me suis fait avorter tardivement. En france le délais été passé je me suis rendu en hollande. Cette épreuve à été trés douloureuse car mon père m'y a pousser car jetais jeune et je sortais avec un garçon peu fréquentable qui avait  une emprise sur moi .. aujourdhui ma Maman n'est plus toute jeune et elle se bat face à un cancer du sein , j'ai la peur et l'angoisse qu'elle ne me voit pas enceinte ou ses petits enfant et souhaite un bébé à tout prix.. est ce normale de faire une fixation sur la grossesse au point d'en pleurer ..  depuis je suis avec mon compagnon depuis 3 ans ca se passe bien pourquoi je n'oublie pas le passé..

merci d'avoir lu mon témoignage si vous le recevez.. 

Par lilia le 27/06/2018 18:42
Bonjour Lilia

La question de la vie et de la mort sont étroitement liées. Nulle vie sans fin... la peur de la maladie concernant votre maman ré-active en effet le désir de vie. Cela est très courant et va dans le sens de la recherche d’un meilleur équilibre psychologique.

Les périodes difficiles et de crises reactivent indéniablement les douleurs du passé. Une sorte de lucidité en somme qui s’éveille à la conscience. Tel un fil tendu entre la vie et la mort, un cycle inaliénable.

Il est possible que l’idée d’enfanter soit également difficile pour vous, car cette perspective vous rappelle inconsciemment cette première expérience pénible.

Vous évoquez également l’implication de votre père lors de votre avortement, qui quelque part vous avait « interdit l’accès à la maternité » à l’époque, pour vous protéger d’une certaine manière. Cet interdit est probablement encore présent en vous, et vous fait culpabiliser. Il vous assigne encore aujourd’hui à une posture d’enfant, alors que vous avez aujourd’hui bien grandi et assumé vos difficultés.

Je voudrai enfin attirer votre attention sur le fait que les bébés doivent être issus du désir du couple et non par obligation ou sentiment de peur. Ce bébé, s’il arrive dans votre vie, ne devra pas être adressé à votre mère tel un cadeau.

Car les enfants n’appartiennent qu’à eux même, et vous en tant que (futur) parent vous devez de les accompagner à la vie avec tout ce que cela comporte et signifie.

Il y a là peut être en effet un travail psychique à faire pour vous, afin de repositionner là où est véritablement votre désir en tant que femme. Vous n’êtes plus uniquement la petite fille de vos deux parents et c’est maintenant à vous et vous seule décider, de choisir, d’être actrice de votre vie.

Quelques seront vos choix, il y aura toujours des aspects positifs comme négatifs, mais la différence entre les personnes correspond, selon moi, à la volonté ou non d’assumer pleinement ses choix et de les regarder avec bienveillance.

Bien à vous


Céline Lemesle, Psychologue

Par celine-lemesle le 14/08/2018 12:24