Et si nous changions de regard : les atouts du TDA-(H) enfant

1-Un diagnostic multi-facette : astuces et stratégies pour compenser le TDA

Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) est très difficile à établir car "caméléonesque et multi-facettes", il se caractérise communément par une tendance excessive à la distraction (inattention) et/ou à l’activité physique (hyperactivité). Il est l’une des causes principales de référence en neuropsychologie infantile touchant entre 3 à 7% des enfants d’âge scolaire, et 3% des adultes avec une large majorité d'hommes. Il existe trois types de déficits attentionnels soit :

Trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDA-H)
Trouble déficitaire de l’attention sans hyperactivité (TDA)
L’hyperactivité sans déficit de l’attention (H)

La diversité des manifestations cliniques du TDA-(H) rend complexe son énumération. Voici les manifestations fréquemment observées chez les enfants qui présentent ce trouble du déficit de l'attention, avec ou sans hyperactivité, vous trouverez également ici quelques astuces et préconisations pour rendre la vie de votre enfant plus stable et apaisée.

Inattention :

 

  • Difficulté à sélectionner l’information pertinente
  • Difficulté à rester longtemps attentif sur un travail
  • Mémoire immédiate souvent déficitaire;
  • Pertes et oublis fréquents de matériel;
  • Difficulté à écouter quand on lui parle;
  • Difficulté à suivre les consignes
  • Grande sensibilité à l’interférence (définition)
  • Difficulté majeure à se mettre à la tâche;
  • Difficulté à répartir son attention entre deux tâches simultanées (écouter et prendre des notes)
  • Désorganisation générale (matériel, effets personnels, sac d’école, etc.)

 

Face à un monde très fourni en stimuli, l'enfant TDA ne parvient pas à tous les traiter et encore moins de façon simultanée. Très surpris, et ne sachant pas comment y réagir, il se montre souvent hébété et sidéré. Il finira par se cliver du monde pour s'en protéger d'où les appellations telles que "il est dans sa bulle, il est dans la lune, on dirait qu'il fait l'autiste, il m'ignore délibérément... Autant de jugements erronés qui altèrent l'image de soi et abîment le lien.

Conseil et préconisation : les écrans ne demandent aucune attention ni effort, c'est plutôt l'inverse qui se produit, il est alors impossible de se concentrer avec un écran à proximité pour accomplir une tâche ou activité. Veillez donc à éloigner toutes sortes d'écran lorsque l'attention et la concentration de votre enfant est requise. 

 

Cette distractibilité génère aussi des difficultés à prêter attention aux détails (causant des fautes d'étourderies dans le Travail scolaire, les contrôles...).

 Conseil et préconisation : il est possible de rééduquer le cerveau en lui apprenant à s'adapter dans des milieux plus ou moins hostiles. Pour éviter les troubles attentionnels durant les contrôles, exercez votre enfant à travailler et à faire des tâches requérant une attention soutenue en l'exposant à des environnements et des stimuli différents.

 

L’enfant TDA-(H) évite les activités requérant un effort mental soutenu et a tendance à procrastiner: le temps n'existe pas vraiment et sans aucune satisfaction immédiate (récompense), l’activité perd de son sens,  et devoir accomplir des tâches en un temps donné (projection du plaisir à venir étant impossible) demeure abstrait et totalement inintéressant, c'est pourquoi les tâches s'allongent et parfois (souvent) ne se réalisent jamais si une date et horaire ne sont pas fixés. C'est sans doute une stratégie défensive qui évite au sujet TDA-(H) de ressentir du stress sur le moment, ce qui ne signifie pas que ce stress s'ajourne pour autant. Il rattrape toujours et ne fait qu'alourdir le sentiment d'échec répété et la mauvaise image de soi. 

Conseil et préconisation : la réussite est majorée et la procrastination minorée lorsque l’enfant ou l’adulte TDA-(H) accepte de s’organiser de la façon suivante : en créant un échéancier serré pour effectuer une tâche, mettre en place des minuteries (montre avec alarme), en mettant en place des tableaux visuels (emploi du temps) à une place stratégique (visible et incontournable), en organisant ce tableau via des tâches réalisables (une colonne pour ce que je ferai aujourd'hui, une autre pour cette semaine, et une dernière pour ce mois-ci), en se faisant vivre des défis ludiques à relever rapidement, en se mettant quelques fois sous pression pour provoquer un peu de ce stress, nécessaire à la réalisation les tâches (le contentement se ressentira après coup), et en bénéficiant d’un programme d’apprentissage psycho-éducatif.

 

Hyperactivité-Impulsivité :

  • Tendance à bouger constamment (pieds, mains, se tortille sur sa chaise)
  • Difficulté à rester assis
  • Se lève fréquemment en classe;
  • Tendance à jouer avec les objets qui l’entourent (par exemple, matériel sur son pupitre)
  • Difficulté à attendre son tour et veut toujours être le premier
  • Coupe fréquemment la parole aux autres.

 

Vous trouverez également sur ce lien un certain nombre de fiches et tableaux (du Dr louis Vera), spécifiquement réalisés pour aider les enfants TDA-(H) à évoluer sereinement au sein de leur vie quotidienne.

2- Les forces des enfants Tda 

La société pointe régulièrement du doigt les enfants jugés (trop) actifs, qui ne tiennent pas en place, qui interrogent ou désarçonnent l’adulte dans son autorité, qui remettent en question le cadre, qui manqueraient « d’efficacité » au travail… autant de perceptions sociales qui pourraient pourtant être interprétées de façon plus heureuse.

Certains médecins et psychologues se sont attachés à ce débat de la subjectivité sociale et ont cherché à en parler de façon plus positive, pour que l’on reconnaisse enfin à ces enfants et adultes TDA les spécificités audacieuses, qui en font malgré le handicap perçu et ressenti, des personnes douées d’une sensibilité rare, à sublimer.

Des habiletés dans le sport

Motricité globale

Dans son livre intitulé «L’enfant impulsif», le Dr Guy Falardeau remarque certains traits souvent présents chez les enfants ayant un TDA/H. Ce pédiatre mentionne que les enfants ayant un TDA/H ont généralement une bonne motricité globale, ce qui favorise la pratique de certains sports très physiques (ex: sports de combat, sports de vitesse, sports de raquette, etc.). Ils sont plutôt doués en la matière et impressionnent de par l’énergie et la créativité déployée et à toute épreuve.

 

Energie téméritéÉnergie et témérité

Ils ne comptent pas l’énergie qu’ils investissent dans le sport, alors ils se portent souvent volontaires pour les activités exigeant une forte dépense d’énergie. Le Dr Falardeau énonce également que les enfants ayant un TDA/H ont souvent une tendance à la témérité, ce qui fait qu’ils sont attirés par les sports extrêmes. Ainsi, comme ils ne sont pas ralentis par la peur, ils sont en mesure d’apprendre plus rapidement que les autres.

Un mode de pensée particulier

Une pensée par images

A titre d’exemple, la personne ayant un TDA/H tend à aborder le monde à travers la pensée par images, qui est de 5 à 7 fois plus rapide que la pensée linéaire verbale. On peut se représenter la pensée linéaire comme la lecture d’un livre, et la pensée par images comme étant une vue d’ensemble. La pensée par images serait plus efficace pour traiter les problèmes complexes. Si l’enfant parvient à se saisir de cette qualité qui lui est propre, il activera de façon très puissante ce même mécanisme en lien avec autrui, le rendant « hyper » empathique, et ce de même à l’occasion de la lecture, ce qui peut alors faire de lui un lecteur hors pair, rapide et dévorant les ouvrages.

Créativité
Diane Dulude précise également que les personnes ayant un TDA/H ont un mode de pensée qui favorise la créativité. Ainsi, ils sont davantage en mesure de penser « hors du cadre ». Je remarque également que ces enfants ont une imagination débordante, qui parfois laisse peu de place à l’autre, mais qui en matière analytique représente une force créatrice inégalable. Les idées s’invitent en archipel c’est-à-dire passant de l’une à l’autre sans transition, mais le résultat final, si le temps leur est laissé, représente un véritable continent complexe et cohérent dans sa structure interne. Ces enfants, plus intuitifs que la moyenne répondent rapidement aux questions posées sans détour, au plus efficace, excluant de la mémoire la procédure interne (étape après étape), ce qui les rapproche ici du mode de fonctionnement spécifique des enfants HPI.

Des enfants sensibles

Diane DuludeIntuition, spontanéité, humour et curiosité !

Sur le plan de la personnalité, les enfants ayant un TDA/H seraient décrits par leurs proches comme étant intuitifs, spontanés et ayant un fort sens de l’humour. Ces enfants seraient capables de poser un regard différent et unique sur les choses en plus d’être imaginatifs, curieux et originaux, ce qui égaille la vie de famille et crée des interactions ludiques autour d’eux, si on les reconnait et valorise dans ce trait.

Éveil sensoriel

La sensibilité apparait également comme une caractéristique attribuée à ces enfants. Leur niveau d’éveil sensoriel serait aussi plus grand. Selon Diane Dulude: «Une personne affectée d’un TDA/H ne serait pas incapable d’être attentive aux détails, comme on le croit souvent, mais serait en fait sensible à tous les détails.» L’auteure parle même d’un sur-éveil sensoriel. Cette grande sensibilité et cette acuité sensorielle leur permettent d’avoir une perspective complète de différentes situations. Je remarque également dans la même lignée que l’auteure au regard de mes consultations enfant portant sur le même sujet que cette variation de sensibilité est également majorée chez les enfants HPI/précoces et permettent à l’enfant de décoder les subtilités des messages non verbaux ou des vécus affectifs et relationnels de son milieu (hyperesthésiques, c.à.d. sensible à l’ambiance émotionnelle au sein de l’environnement). Ce sont ces mêmes qualités qui apparaissent si troublantes lorsque l’enfant perçoit des modes émotionnels en l’autre, que l’autre ne perçoit pas forcément en lui-même (registre inconscient, fantasmatique). 

De plus, être ouvert à la moindre parcelle d’information sensorielle peut aussi engendrer une sur-stimulation qui peut pousser l’enfant à se refermer. Il doit donc apprendre à doser cette force, à se protéger (pour travailler par exemple) et à s’exposer aux stimuli (pour rééduquer son cerveau), en fonction des contextes.

Un concept de soi fragile

Malgré ces forces potentielles, les problèmes rencontrés au quotidien par l’enfant ayant un TDA/H le conduisent souvent à avoir un concept de soi négatif. Très régulièrement, ces enfants devenus adultes se sont entendus dire régulièrement et depuis très jeunes que l’on ne pouvait pas compter sur eux, qu’ils donnaient le sentiment de ne rien écouter, d’être égoïstes, de ne pas se préoccuper des autres, de ne rien faire comme il faut….

Aussi, j’attire toute votre attention sur le fait que les parents peuvent avoir une influence et renforcer positivement la perception de soi et le narcissisme de leur enfant. Dans ce contexte, le soutien et l’implication parentale demeurent primordiaux, la mère pour la perception de sa valeur personnelle et le père pour l’aider à développer son sentiment de compétence.

La chaleur et l’acceptation parentale vis-à-vis des spécificités de l’enfant porteur de TDA doivent être au cœur de la relation parent/enfant. Il est essentiel qu’il soit et qu’il se sente accepté tel qu’il est, avec ses forces et ses faiblesses.

Les attentes parentales se doivent de rester réalistes et cohérentes, s’ajustant en fonction de l’âge et des compétences de l’enfant. Pour exemple, le style parental « démocratique » permet l’établissement de règles claires, ce qui aide l’enfant à comprendre l’équilibre entre la liberté et les limites.

Les parents démocratiques offrent des choix et sont prêts à négocier si nécessaire, ils sont tolérants et font preuve de souplesse psychique, ce qui rend la vie plus simple au quotidien, loin des exigences de perfection qui altèrent les relations et le sentiment de compétence.

Enfin, l’enfant TDA a besoin d’être éclairé sur les conduites à tenir, ce qui peut paraitre simple et évident ne l’est pas nécessairement pour l’enfant TDA, qui a fort besoin que ses parents fassent preuve de stabilité et de solidité face aux difficultés, en adoptant une approche de résolution de problèmes.

 

Le parent joue nécessairement ce rôle déterminant, surtout auprès des enfants TDA-H, qui développent des problèmes de comportement et d’apprentissage. Et selon les chercheurs de l’Université Stanford en Californie les enfants TDA-H seraient : « des enfants sensibles, comme les orchidées, plus difficiles à élever et à soigner, mais qui peuvent s’épanouir en individus forts et présentant des aptitudes exceptionnelles, quand ils ont grandi dans un milieu où on a pris soin d’eux, et s’ils ont été soutenus et encouragés.».

La stabilité et le soutien familial apparaissent dès lors comme deux conditions favorisant l’épanouissement, la réussite et la sublimation de ces enfants.

 

3- A retenir : pour aider son enfant TDA-H

  • L’enfant TDA/H présente souvent de grandes habiletés dans les sports.
  • Il perçoit le monde via une pensée par images, de 5 à 7 fois plus rapide que la pensée linéaire verbale et habituelle.
  • Cet enfant se distingue par sa  sensibilité, son intuition, sa curiosité et spontanéité et plus spécifiquement par un étonnant sens de l'humour!
  • Son niveau d’éveil sensoriel serait aussi plus grand (théorie « enfant orchidée »).
  • La stabilité et le soutien familial se définissent comme les deux conditions nécessaires, favorables à son épanouissement, sa réussite et sa sublimation.

Retrouvez les aides éducatives en cliquant ici

Programme multi pédagogique « mieux vivre avec le TDH

Mieux vivre avec le TDA-H

En savoir plus